Notre projet

Combattre le trouble du déficit de nature

Le concept de « trouble du déficit de nature » a été introduit pour la première fois dans le  livre de Richard Louv en 2005 « Last child in the wood ». Cette appellation en passe d’être reconnue comme un problème de santé publique fait référence à une déconnexion de plus en plus précoce avec  la nature.

 

C'est à dire ?

 

Les adultes et les enfants passent plus de temps à interagir avec les médias et la technologie et moins de temps à participer aux activités dans la nature. Ce changement de style de vie a clairement des effets négatifs pour notre bien-être physique. Mais quel impact ce changement à sur les fonctions cognitives d'ordre supérieur, y compris l'attention sélective?

 

comment combattre ce trouble ?

 

La théorie de la restauration de l'attention

La nature peut restaurer des processus exécutifs tels que ceux liées à l’attention, la recherche indique que l'exposition aux paramètres naturels semble reconstituer certains modules de niveau inférieur du système d'attention exécutif.

 

Les études affirment que quatre jours d'immersion dans la nature et la déconnexion correspondante des multimédias et de la technologie, augmentent la performance de la  créativité, des tâches de résolution de problèmes de  50%. C'est résultats démontrent l'avantage cognitif à réaliser des activités  immergées dans un cadre naturel du à une augmentation à l'exposition de stimuli émotionnellement positifs. 

  

L’environnement joue un rôle essentiel dans la façon de se comporter

 

Aujourd’hui  la plupart des individus vivent en milieu urbain ou suburbain, cela ce caractérise par une diminution spectaculaire de leurs expositions aux milieux naturels et à une augmentation de l'exposition à un environnement technologique intense. Les statistiques  indiquent que les enfants consacrent en moyenne seulement  15 à 25 minutes de leur journée à des sports en plein air.

 

Parallèlement 80% des enfants d'âge préscolaire sont des utilisateurs d'ordinateurs  et la moyenne des 3-17 ans consomment environ 3h00 par jours en utilisant un ou plusieurs types de supports (TV, téléphones cellulaires, ordinateurs.

 

La Théorie de la Restauration de l'Attention suggère que la nature à des effets réparateurs spécifiques sur le cortex préfrontal  et que les interactions avec la nature sont particulièrement efficaces dans la reconstitution des ressources attentionnelles. Notre société moderne est remplie d'événements soudains (sirènes, cornes, sonneries téléphoniques, alarmes, télévision, etc.) qui détournent l'attention. Par contraste, les environnements naturels sont associés à une attention légère et naturelle  permettant au système cognitif  se reconstituer. Des études menées par le Docteur David Strayer, professeur de psychologie ont montré que l'interaction avec la nature, lors d'une randonnée en milieu sauvage, a conduit  cinquante-six adultes volontaires à des améliorations dans la lecture d'épreuves, la compréhension et l’exécution de problèmes mathématiques.

 

Le psychologue démontre qu’après quatre jours seulement dans un environnement naturel, le cerveau opérait une sorte de nettoyage complet de notre mental.  En demandant l’exécution et la compréhension de problèmes mathématiques, les résultats sont appels, ils ont été améliorés de 50 %

 

David Strayer déclara le troisième jour:

Je sens et j'entends des choses que je ne percevais pas auparavant !

 

Les conséquences du trouble du déficit de nature

  • Conscience écologique peu développée (peu de respect pour les ressources naturelles, peu d’intérêt sociétal pour les questions écologiques et environnementales)
  • Des choix de vie dommageables pour la santé (sédentarité, alimentation…)
  • Moins d’empathie pour les plantes et les animaux
  • Baisse d’acuité des 5 sens qui ne sont pas assez stimulés (une tablette ou un écran n’a pas le même pouvoir de stimulation que les odeurs naturelles, le toucher de la terre ou les beautés de la nature qui engagent tous les sens à la fois)
  • Baisse des performances cognitives et intellectuelles
  • Renfermement sur soi, inhibition de l’altruisme naturel
  • Augmentation du nombre de troubles du comportement (TDA/H, troubles oppositionnels…)
  • Baisse de la confiance en soi et de l’estime de soi des enfants
  • Moins de prise de risque et d’entrainement moteur, perte d’autonomie physique des enfants
  • Diminution de la curiosité et de la créativité 

Les bénéfices du lien avec la nature et du jeu en plein air sur l’enfant

  • Des liens forts et réguliers avec la nature ont des effets plus que positifs sur les enfants (physiquement, émotionnellement et cognitivement). Le retour à la nature est même prescrit par certains pédiatres et dans le traitement de certains troubles du comportement (TDA/H, autisme, dépression…)
  • Des effets positifs sur le niveau de bonheur, le jeu dans la nature accroît l’estime de soi et diminue le niveau de stress. Les enfants y apprennent l’auto discipline, la gestion du risque et des dangers, évaluent eux-mêmes leurs limites et expérimentent une réelle liberté
  • Des effets positifs sur la santé, le jeu dans la nature renforce le système immunitaire, développe les muscles longs et la force, et participe au maintien d’un poids sans risque lié à l’obésité
  • Des effets positifs sur le cerveau des enfants
  • La nature stimule la créativité et la capacité à résoudre des problèmes. Des études ont montré que les élèves qui sont en contact régulier avec la nature réussissent mieux à l’école. Le contact avec la nature a également un effet bénéfique sur la concentration
  • Des effets positifs sur les relations sociales et familiales
  • Le jeu dans la nature a des effets bénéfiques sur la coordination, le développement des cinq sens, sur la dextérité manuelle et la motricité fine, sur la perception de la profondeur et le repérage dans l’espace

La  Voyage Autonome

Le voyage autonome est tout simplement l’acte de se déplacer d’un point A à un point B quel que soit la géographie du terrain et les conditions climatiques (montagne, forêt mer, désert, ville, été, hiver, pluie, neige, vent…) et cela sans avoir besoin de points de ravitaillements. L’idée est née suite à la lecture d’un récit  où le principe de l’expédition était de réaliser le tour du globe exactement sur la ligne de l’équateur quel que soit le terrain et l’environnement. Sur les traces de ce récit, nous avons alors créé et expérimenté le concept de « voyageurs autonomes » une sorte de vulgarisation à moindre échelle accessible à tous.

#bivouac #nature #bivouac bouh le fantôme 👻 👻

Une publication partagée par Les Voyageurs Autonomes (@voyageurs_autonomes) le

La  Micro aventure

Ce concept grandissant prend le parti d’affirmer qu’il n’y a pas besoin de beaucoup de temps et d’argent pour vivre et ressentir le plaisir du voyage, de la découverte et de l’aventure. Les activités de plein air ne doivent pas être trop longues, trop difficile ni trop loin, il suffit d’attraper son sac à dos et s’inventer un voyage hors des sentiers touristiques, bivouaquer le temps d’une nuit dans le milieu naturel le plus proche de chez vous, les possibilités sont infinies, Il suffit de prendre le temps de les concevoir !»

#bivouac #provence #microaventure grrr le loup 🐺 🐺

Une publication partagée par Les Voyageurs Autonomes (@voyageurs_autonomes) le

Les articles de Blog 

Reportages