Nourriture animale

Les aquatiques

Les bords de mers et les rivages rocheux sont des réservoirs à gastropodes et mollusques, ils peuplent généralement les cuvettes d’eau peu profondes. Si vous tombez sur une colonie de moules ou d’arapèdes, prévoyez pour la récolte un couteau car ils sont fixés fermement aux rochers. Ces coquillages sont présents dans le monde entier et malgré quelques différences, ils sont tous consommables pour la plupart si vous prenez soin de ne prélever que ceux qui sont dans l’eau à marée haute ou constamment arrosés par le déferlement des vagues. Une grande majorité se consomme cru mais prenez l’habitude de les faire bouillir cela n’enlève rien à leur saveur mais évite une contamination parasitaire. Le meilleur moment pour la récolte est le passage à la marée basse lorsque la mer se retire, de nombreux crustacés se retrouvent pris au piège dans de minuscules marres, il suffit de se baisser pour les récolter. Sur le sable vous pouvez également observer le sillage des gastropodes dans le sable, les trous sont des nids à couteaux, les crevettes, crabes, les écrevisses sont des charognards nocturnes, vous pouvez plus facilement en attraper la nuit en les piégeant la nuit avec des appâts (un poisson mort, ou des restes d’autres crustacés). Pour manger les crustacés, faites-les bouillir, étuver ou cuire à la vapeur dans leurs carapaces.

 

Toujours dans les côtes rocheuses mais discrètement cachées dans des trous ou de petites grottes sous l’eau, les poulpes, et petites pieuvres peuvent rester immobiles des heures durant dans l’attente de tomber sur une opportunité alimentaire. Vous les trouverez plus facilement la nuit à l’aide d’une lampe. Leur système de défense, le jet d’encre est inoffensif au contact mais efficace pour qu’ils puissent fuir. Attention tout de même à leur bec très puissant de la même forme que celui d’un perroquet. Les céphalopodes sont des créatures très intelligentes, elles demanderont de la finesse pour être capturées.

 

Pour améliorer vos chances à pécher du poisson, vous pouvez identifier leurs habitudes. Même s’il n’y parait pas les poissons sont plus nombreux que les mammifères sur une même surface, il suffit juste de comprendre leurs déplacements en fonction de l’heure de la journée, des courants et de leur alimentation. Par exemple les poissons à la recherche de nourriture sont nombreux avant que les orages n’éclatent pour se mettre à l’abri des eaux tourmentées pendant et après l’orage. Si vous attendez la nuit, il est probable qu’ils se trouvent aux affleurements des rochers dans les remous attirés par le faisceau de votre lampe, vous pourrez facilement les pécher. Tous les poissons sont comestibles avec des goûts plus ou moins savoureux, ils peuvent se manger crus mais comme le reste de l’espèce animale, les faire cuire vous évitera d’ingérer des parasites et aggraver votre situation. Néanmoins certains poissons mordent et peuvent infliger de mauvaises coupures ou disposent de nageoires tranchantes et d’épines dorsales contenant un venin très douloureux. Le poisson comme la viande peut rapidement se gâter, s’il présente les caractéristiques ci-dessous ne le mangez pas et le faire cuire n’y changera rien.

  • Yeux enfoncés, odeur forte, goût piquant ou poivré
  • Couleur suspecte (les branchies doivent être rouges ou roses, les écailles d’un gris prononcé et non décolorées)
  • La chair du poisson garde l’empreinte du doigt
  • Le corps est visqueux plutôt qu’humide ou mouillé. 

La pêche

Après les pièges, la pèche est une excellente source de nourriture car non seulement il plus facile de s’improviser pécheur que chasseur mais surtout elle demande beaucoup moins d’énergie. Le paragraphe suivant vous donnera des exemples sur la fabrication d’hameçons et de pièges à poissons. Vous pouvez fabriquer des hameçons avec divers matériaux comme les os, du fil métallique ou même du bois même s’il est loin d’être le meilleur des matériaux. Certaines pierres, coquilles peuvent êtres taillées et offrent malgré tout une bonne résistance. 

  • Les hameçons se fabriquent en tenant compte de trois critères
  • La résistance du matériau
  • La taille du poisson (le poisson doit être en mesure d’avaler tout l’hameçon)
  • Le calibre de l’appât (l’appât doit recouvrir entièrement l’hameçon)

Filet maillant

Il s’agit du filet de pêche que l’on aperçoit sur les bateaux dans les ports de pêche mais en version réduite. Cela reste indéniablement le meilleur moyen pour pêcher en ruisseau et petite rivière. Tendu d’un bord à l’autre il prendra dans ses filets tous les poissons d’une taille supérieure à sa maille. Mais attention il doit être visité régulièrement pour ne pas retrouver son filet éventré pas des bûches ou divers objets à la dérive. Si vous n’avez pas de filet vous pouvez en fabriquer un avec du cordage. 

  • Fixez entre deux arbres la corde maîtresse de votre ouvrage (vous pouvez la doubler)
  • Attachez sur la corde maitresse et verticalement des cordes par un nœud a tète d’alouette ou de prussik, l’espace entre chaque corde déterminera la grosseur des mailles
  • En partant de la gauche, nouer par un nœud simple, la deuxième et troisième corde, la quatrième corde avec la cinquième, puis la sixième avec la septième, et ainsi de suite
  • Toutes les cordes doivent alors être attachées par deux, sauf la première et la dernière
  • Commencez la seconde rangée en attachant la première corde à la seconde, puis la troisième à la quatrième, etc.
  • Finissez votre filet par une corde renforcement à l’identique de la corde maîtresse lorsque le filet à la hauteur souhaité. 

Afin de ne pas vous emmêler dans votre maillage, vous pouvez installer toutes les deux trois rangées une corde à partir de laquelle, vous reprendrez vos comptes.

Ligne de fond

Les lignes de fond sont un des premiers dispositifs vous permettant de pécher tout en vacant à d’autres occupations. Deux bâtons souples plantés solidement sous l’eau sans qu’ils dépassent pour ne pas provoquer de remous et de la résistance ce qui affaiblirait la structure. Tirez une corde et fixez deux lignes sans qu’elles puissent s’entremêler et glisser sur la corde. Appâtez les lignes, retournez à vos occupations tout en venant de temps en temps si des poissons ont mordus.

Ligne de fond
Ligne de fond
Filet mailland
Filet mailland

Nasse et parc à poissons

Vous trouverez ci-dessous trois dispositifs pour piéger des poissons selon l’endroit où vous vous trouvez. Leurs réalisations sont assez longues mais efficaces.


Pêche au harpon

L’utilisation d’un harpon nécessite une eau peu profonde dans laquelle vous pourrez vous mouvoir sans devoir nager ou vous faire balayer par le courant. Vous pouvez fabriquer des harpons avec tout ce qui pique ou tranche, taillez de vos mains ou manufacturé.  Pour commencer, vous vous installerez calmement dans une zone poissonneuse, n’oubliez pas que le poisson n’est pas sourd, ni aveugle. Mettez la pointe du harpon dans l’eau et déplacez-la doucement vers le poisson, puis, d’un geste vif, empalez-le sur le fond de l’eau. Prenez en compte la réfraction de l’eau qui modifie les distances et anticipez la fuite du poisson, harponnez toujours un peu au-dessus de là où vous voyez le poisson.

 

Les oiseaux

Les oiseaux ne sont pas différents des autres animaux, ce sont des êtres routiniers avec de solides habitudes qu’ils ne modifient que si elles ne permettent plus d’assurer leur survie ou leur reproduction. C’est donc l’observation qui fera de vous un bon chasseur, regardez s’il y a des traces de déjections, interrogez-vous sur leurs habitudes alimentaires, sur leur période de nidification pour la récolte les œufs. Recherchez des plumes au sol, des nids…. Si vous découvrez par hasard un lieu abritant une communauté d’oiseaux, saisissez l’occasion pour les observer pendant quelques heures afin de déterminer les trajets entre les différents nids de la communauté, se sont toujours les mêmes. Une fois identifié, cela vous permettra de poser des pièges efficaces. D’autres part si vous avez encore plus de chance, vous trouverez peut-être des œufs dans les nids, retenez qu’il ne faut jamais vider un nid de tous ces œufs, si vous voulez profiter d’une nouvelle ponte. Sans tous cela la communauté estimera que la zone n’est plus propice au maintien de l’espèce et elle déménagera, vous prenez donc le risque de voir s’envoler une bonne source de nourriture. Les oiseaux sont tous comestibles malgré une différence notable de saveur, prenez le temps de bien les plumer et de les faire rôtir.

 

Nicolas MATHIEU, extrait du "Guide du voyageur autonome" 

Articles associés


Prévoir son alimentation
Se fixer des objectifs

Écrire commentaire

Commentaires : 0