L'installation de longue durée

Vous trouverez dans cet article toutes les techniques pour l’installation d’un campement,  elles sont destinées pour un camp plusieurs semaines ou de base . Elles sont pour la plupart empruntée au scoutisme et trouve leurs racines dans le Woodcraft. 

Les tables

Si vous établissez un camp de base, la conception de tables peut apporter confort et hygiène. Elles peuvent êtres simples et basiques ou plus évoluées dans leurs constructions. Leurs assemblages résident sur quelques techniques indispensables, le mi-bois, la claie et d’autres plus pratiques comme le tenon-mortaise, le quart-bois, l’enfourchement ou le méplat.

 

Tous les bois ne sont pas égaux et le choix de l’essence dépendra essentiellement de leurs fonctions. Le châtaignier est droit et facile à travailler le bouleau pour de grandes de perches droites, le chêne est à éviter sauf pour les parties supportant des charges lourdes. Enfin pour des chevilles devant supporter une forte pression le buis est très solide.

 


Les techniques à maîtriser

La claie

Pour réaliser une bonne claie avec des planches, il faudra bien serrer le treillis du cordage. 

 

Le mi-bois ou tiers bois

Positionnez les deux rondins en croix et tracez le gabarit de l’un sur l’autre, sciez ensuite jusqu’au tiers du rondin.  

 


Mortaise borgne

La mortaise n’est pas ouverte des deux côtés, on creusera assez profondément pour que l’assemblage soit solide. Si l’ouvrage nécessite une solidité supplémentaire on renforcera avec des Tenons mortaises "chevillées" et Tenons mortaises "coincées"

Tenon mortaise

La technique consiste à assembler selon un procédé mâle-femelle deux rondins de bois. Le tenon doit être taillé progressivement en cylindre et non en pointe cela lui donnera une meilleure résistance.

 

Tenon allongé

Le tenon allongé est taillé en rectangle, il possède plus de résistance au pliage dans le sens de l’arrête, seul deux côtés du rondin sont taillés.


Table à tête de Bigue

Des nœuds têtes de bigue lient les trois perchent. Cette table simple à réaliser à l’avantage de pouvoir recevoir une bâche formant un toit lorsqu'il pleut.

Table Enterrée

On creuse une fosse d’environ 2,5m de long pour 1,5 m de large avec une profondeur de 70 cm. Positionnez au milieu de la fosse deux bûches de part et d’autre sur lesquelles vous déposerez une surface plane. 

 


Les feux d’installation

La cuisine enterrée

Ce type de conception est très pratique puisque elle vous permet de disposer en même temps d’une assise confortable et d’un plan de travail. La fosse doit être creusée environ sur une longueur d’un 1,5m et d’une largeur de 70 cm. La profondeur sera creusée proportionnellement à votre taille et une astuce consiste à utiliser la terre dégagée pour rehausser l’assise.

 

Le foyer en lui-même n’est pas différents des autres, vous veillerez à bien nettoyer l’espace autour afin d’éviter toute propagation, vous pouvez placer également quelques grosses pierres pour conserver la chaleur.

 

Ce type de feu est à proscrire dans des sols humifères, la tourbe du sol pourrait brûler et propager un incendie.

 

Les tables à feu

Vous avez la possibilité d’améliorer votre table avec un plan travail pour la préparation des repas, des étagères ou des emplacements pour des jerrycans d’eau, etc.

  • Prendre 4 rondins et taillez des méplats aux extrémités de ces rondins. Vous réaliserez ensuite une structure carrée fixée par des chevilles
  • Pour surélever la table, vous répéterez le premier point et fixerez les structures sur quatre rondins verticaux
  • Une fois à la hauteur satisfaisante, faire un platelage avec ce que vous trouvez sur le site
  • Vous maçonnerez sur une épaisseur de plus de quinze centimètres avec de la boue ou l’argile.

 


Table à feu boite

Avec potence


Les trous à eaux usées

Par respect de l'environnement, vous trouverez un exemple de trou à eaux grasses, il faut être vigilant à ne pas vider les eaux usées trop près d’un point d'eau car le sol n'aurait pas le temps de la filtrer et vous risquerez de polluer une source d'eau potable. Il faut creuser un trou de 50 cm en forme d’entonnoir et placer autour la terre qui est retirée (environ 30 cm de haut). Vous remplirez le trou de couches successives.

  • 20 cm de cendre et de charbon de bois
  • 15 cm de cailloux
  • 15 cm de sable tassé
  • 20 cm de cailloux
  • 5 cm de branchage
  • 5 cm de foin ou feuillage

 

Les latrines

Sur la base des toilettes sèches, vous avez la possibilité de construire un coin latrines plus ou moins développé.

 

Avec les toilettes sèches, il n’y a pas de chasse d’eau, on jette une poignée de sciure ou d’autres matériaux organiques similaires (carton déchiré, copeaux…) au fond du trou. La sciure empêche les mauvaises odeurs et permet de débuter le compostage des matières.

 

Le coin-toilette

La conception de l’espace réservé à l’hygiène n’est pas forcément compliquée. Elle se doit avant tout d’être pratique et proposer des bassines, des zones de séchage, des porte-savons, des accroches-glace... Vous veillerez à trouver un endroit bien isolé des autres lieux de vie pour préserver d’une part une certaine intimité mais également pour ne pas souiller les autres espaces.

 

Les 2 constructions ont les pieds surélevés du sol afin d’éviter de patauger dans la boue créée par la toilette. Un trou à eaux usées à proximité recouvert d'une claie peut être également très utile.

 

Nicolas MATHIEU, extrait du "Guide du voyageur autonome"

Articles associés


Prévoir son alimentation
S.U.R.V.I.E et gestion du stress

Écrire commentaire

Commentaires : 0