Bivouacs bushcraft

Les Abris naturels

La Tarp

La tarp est une bâche en synthétique rectangulaire  avec plusieurs œillets permettant de la fixer au sol par des cordages (haubans) ou des sardines  de tente. Son principal avantage réside dans son poids ultra-léger et son adaptabilité au terrain. En conditions normales de belles nuits sont à prévoir dans cette abri optimal.  La tarp est le matériel polyvalent par excellence, elle pourra vous servir d'abri mais aussi vous isoler du sol, collecter des eaux de pluies... De l'entrainement dans son montage et quelques astuces vous feront gagner beaucoup de temps dans son montage.

 

Les Tipis

Pour fabriquer un tipi de 5m de diamètre, il vous faut, 14 perches de 6 m de long, une bâche de 16 m de longueur (diamètre du tipi : 5m x 3,14 = 16m), de la ficelle, une douzaine de sardines, 24 pinces à ressorts

  • Vous commencerez par délimiter l’emplacement du tipi, pour cela plantez un bâton dans le sol qui marquera le centre du tipi
  • Attachez dessus un bout de ficelle d’une longueur de 2,50 m et marquez son périmètre
  • Réalisez un trépied en disposant les perches en étoile régulière
  • A leurs croisements et à une hauteur de 5 mètres du pied, vous les attacherez par un nœud « Tête de Bigue » sans trop le serrer
  • Levez le centre sans décaler les perches et positionnez les perches de manières régulières sur le tracé du périmètre sans décaler l’œil de la structure du centre
  • Serrez le nœud tête de bigue
  • Mettez une perche entre chacune des trois autres du trépied principal, bien régulièrement, faite deux tours pour avoir douze perches au total
  • Etalez la bâche sur le sol puis fixez les deux extrémités supérieures aux deux perches restantes à 5m du sol
  • Enroulez la toile autour d’une des deux perches, le côté de la bâche intérieure du tipi doit être à l’extérieur du rouleau
  • Levez alors le rouleau contre la structure puis déroulez-le à partir du point qui sera l’ouverture du tipi
  • Solidifiez la base avec des sardines

 


Tente surélevée et abris simple


Cela permet de ne pas dormir à même le sol pour un plus grand confort en cas de pluie ou de terrain en pente. Il s’agit simplement de construire un cadre en bois fixé sur des pilotis ou sur des troncs d'arbres. 

 

Il vous faut une perche d’environ 4,5m et deux autres d’environ 3m. (On peut remplacer la perche par un fil tendu) 

  • Fixez la grande perche à l’arbre au niveau de votre taille
  • Placez les deux petites perches sur le sol l’une à côté de l’autre et dans le même sens que la perche de 4,5m
  • Placez la bâche sur la perche de 4,5m de manière à laisser la même quantité de tissu des deux côtés
  • Rabattez le tissu non tendu sous les perches de 3 m et étalez-le au sol pour faire le fond
  • Fixez au moyen de piquets les deux perches de 3m ou placez une barre d’espacement entre

 

Le plus simple et efficace des abris individuels avec une bâche et trois perches


Abris en Appentis

Si vous êtes en moyenne montagne ou dans une région boisée, vous aurez la possibilité de construire un abri en appentis. Le temps et l’effort nécessaire pour construire ce type d’abri est important mais votre confort en sera nettement amélioré. Pour l’appentis, Il vous faut trouver deux arbres espacés d’environ 2m, une perche de même longueur et 5 à 8 perches d’environ 3 m. Des cordes ou des végétaux* pour attacher la pièce horizontale aux arbres, ainsi que des branches ou d’autres matières végétales souples pour tisser un treillis entre les pièces transversales.

 

 

 * L’écorce des jeunes arbres taillée dans la longueur peut être un bon substitut à la corde. 


 

  • Attachez la première perche d’appuie entre les deux arbres, vous pouvez situer la hauteur au milieu de votre torse de manière à former une barre horizontale
  • Construisez la structure en plaçant l’extrémité des perches transversales sur la barre d’appui. Comme pour tous les abris en appentis il faut le construire dos au vent
  • Avec des branches et d’autres matières végétales souples vous tisserez un treillis entre les pièces transversales de l’appentis en remontant du bas vers le haut. Vous recouvrirez le treillis de branchages, de feuillages…
  • Si vous n’avez pas de tapis de sol vous pouvez constituer une litière avec de la végétation souple, l’idéal pour la litière est de rechercher des végétaux morts pour éliminer de l’humidité
  • Par temps froid afin d’augmenter le confort de votre abri, construisez un mur réfléchissant la chaleur avec 4 pieux de 1,5 m de hauteur qui formeront la structure d’une glissière

 

  • Vous empilerez des perches l’une par-dessus l’autre contre ces pieux, vous pouvez recouvrir de terre boueuse les écarts en les perches. Le mur ainsi rempli est non seulement renforcé mais il réfléchira plus efficacement la chaleur
  • Liez les extrémités supérieures des pieux afin de consolider l’ensemble 

Lit sur pilotis

Si vous vous situez sur des terrains marécageux ou trop humides pour un campement au sol, le lit sur pilotis vous préservera de l’humidité.

 

Pour choisir un site approprié et abrité, prenez en compte la météo car généralement ce type de terrain est régulièrement soumis à des averses et des crues spontanées 

  • Trouvez quatre arbres disposés en rectangle, ou coupez quatre perches solides de bons diamètres, enfoncez-les profondément dans le sol de manière à obtenir une base rectangulaire et solide pour vous et votre équipement.
  • Coupez deux perches faisant la longueur de la base
  • Attachez ces deux perches aux arbres supports de manière à former deux barres horizontales.Déterminez la hauteur des barres au-dessus du sol ou de l’eau en fonction des marées ou des crues

 

  • Pour plus de confort, recouvrez-la partie supérieure du bâti de grandes feuilles ou d’herbes
  • Construisez une plate-forme pour le feu en façonnant une couche en argile ou de boue sur un coin du lit et laissez sécher

Hutte de débris végétaux

  • Montez un trépied formé de deux courts pieux et d’une longue perche faîtière (formant l’arête supérieure) ou appuyez une extrémité de la perche faîtière sur une base robuste à la hauteur de la taille (environ)
  • Des deux côtés de la perche disposez en oblique de gros bâtons de manière à former les nervures de l’abri. Assurez-vous que l’espace intérieur est suffisant pour vous loger et que les parois sont assez inclinées pour que l’eau s’égoutte
  • Disposez transversalement des branchages et du feuillage de manière à former un treillis avec les nervures, qui empêchera les matières isolantes (herbes, aiguilles de pin, feuilles) de tomber sur la litière en passant à travers les nervures
  • Placez des débris végétaux légers et mous (secs si possible) par-dessus les nervures, de manière à obtenir une couche de matières isolantes aussi épaisse que possible
  • Placez une couche de 30 cm d’épaisseur de matières isolantes à l’intérieur de l’abri
  • À l’entrée vous construirez une porte ou empilerez des matières isolantes de façon à boucher l’entrée lorsque vous êtes à l’intérieur

 

Abris Naturels

Essayez de repérer les abris naturels comme les cavernes, les crevasses entres les roches, les massifs de buissons, les petits creux dans le sol, les gros arbres à branches basses et les arbres abattus. Évitez les lieux bas comme les ravins, les vallées étroites ou les lits des ruisseaux qui sont plus froids que les lieux plus élevés car l’air froid plus dense s’y accumule la nuit. De plus les terrains bas couverts de buissons épais abritent plus d’insectes. Assurez-vous qu’il n’y a pas de serpents venimeux, de tiques et autres acariens, de scorpions ou de fourmis piqueuses. Évitez les lieux menacés par des roches instables, des branches mortes, des noix de coco ou d’autres matériaux.

 


Abri creusé au pied d’un arbre

Dans les régions forestières, vous aurez la possibilité de creuser un abri dans la neige au pied d’un arbre. Cet abri reprend 80% des avantages isolants de l’igloo mais avec une réalisation plus rapide

 

Pour construire cet abri

  • Cherchez un arbre bien touffu et de préférence un conifère car les branches sont épaisses et pointent vers le sol à la façon d’une toiture
  • Dans la neige autour de l’arbre, creusez une fosse circulaire du diamètre et de la profondeur souhaitée
  • Tassez et solidifiez la neige sur les parois intérieures et autour du bord supérieur de la fosse de manière à constituer un mur d’appui
  • Coupez des branches et installez-les au-dessus de l’abri pour améliorer l’isolation ainsi qu’au sol

 

 


En synthèse

Le type d’abri dépendra non seulement de l’environnement mais aussi de l’équipement et des matériaux disponibles sur la zone. Vous avez la possibilité de construire un abri dans n’importe quel environnement, aride, humide ou froid, il vous suffira de mettre en opposition les avantages et les inconvénients de votre construction.

 

Ce sont les régions boisées qui se prêtent le mieux à la construction d’abris car non seulement elles offrent du bois de construction et de chauffage mais aussi le maillage naturel des arbres vous protégera contre le vent. Pour construire des abris de glace ou de neige, il vous faudra prévoir des outils comme une scie à glace ou une pelle mais aussi beaucoup de temps et d’énergie. Veillez toujours à la bonne ventilation des abris clos, en particulier si vous avez l’intention d’y faire un feu. Si votre ventilation est insuffisante, éteignez toujours les feux avant de vous endormir car sa présence dans un abri non ventilé peut entraîner une intoxication par le monoxyde de carbone. Il n’y a pas vraiment de symptômes et l’intoxication peut survenir sans avertissement. Cependant, si vous ressentez une pression au niveau des tempes, des sensations de brûlures aux yeux, des maux de tête, un pouls fort, de la somnolence ou des nausées sortez de votre abri et aérez-le. Le seul signe visible d’une intoxication par le monoxyde de carbone est une couleur rouge vif des tissus des lèvres, de la bouche et de l’intérieur des paupières.

 

Dans la mesure du possible, bloquez l’entrée de l’abri avec votre sac à dos ou un bloc de glace pour conserver la chaleur et évitez que le vent s’y engouffre. Ne construisez pas votre abri plus grand que nécessaire, vous réduirez ainsi l’espace à chauffer et par temps froid, une surface restreinte favorise la conservation de la chaleur corporelle. Ne dormez jamais à même le sol, étendez des branches de pin, de l’herbes ou une autre matière isolante pour l’empêcher d’absorber votre chaleur corporelle. Dans les abris en zone froide, vous construirez une sur-épaisseur pour piéger l’air froid au sol. 

 

Si vous vous trouvez dans une région dépourvue d’arbres, vous pouvez réaliser des bivouacs en creusant des tombes dans le sol !

 

Nicolas MATHIEU, extrait du "Guide du voyageur autonome"

 

Articles associés


Gestion de l'eau
Prévoir son alimentation

Écrire commentaire

Commentaires : 0