Bureau des Guides, Ethiopie

Ethiopie, une pépite antique est née

Abondance au cœur de la corne de l’Afrique

Quel fut sans doute la stupeur de Kaldi, lorsqu’il surprit ses chèvres exécuter un ballet dès plus étrange dans les plaines verdoyantes des hauts plateaux de l’Abyssinie. Ce jour-là dans la région de Kaffa une ancienne province du sud-ouest de l’actuelle Ethiopie. Des arbustes aux feuilles persistantes et aux baies rouges marquèrent ponctuellement la vie des quelques quadrupèdes mais à tout jamais celle de millions d’amateurs de café.  La légende par la suite se dilue peu à peu en plusieurs versions, le berger aurait alors soit décidé d’apporter les tonifiants grains à des moines, qui firent bouillir les grains afin d’obtenir un breuvage favorisant l’éveil dans les nuits de prières, soit Kaldi réalisa lui-même l’expérience en torréfiant au préalable les grains. Boisson essentielle à la vie sociale et culturelle, le café devint ainsi une source de richesse inestimable célèbre à travers de monde.

“Buna dabo naw”

Le café est notre pain

L’Ethiopie appartient à deux mondes, un naturel empreint d’authenticité et d’ancestralité et celui fabriqué de la main de l’homme et pour l’homme, un antique et un moderne. Pendant deux cents ans ces mondes sont entrés en collision et les derniers bastions des vielles traditions ont réussi à perdurer. La vallée du grand rift Est-africain réputée pour avoir été le berceau de notre espèce a également offert à l’Ethiopie ses hauts plateaux très peuplés, un véritable refuge d’une biodiversité animale et végétale dans un savant mélange avec une agriculture naturelle depuis 10 000 ans.

 

Ici la civilisation humaine et le monde naturel sur lequel il compte, sont toujours interdépendants et intimement liés. C’est dans cette harmonie fragile que les défenseurs de cette sobriété heureuse* pourraient détenir les clés de notre survie à l’opposé de ceux qui regardent la nature comme un simple objet pouvant être utilisé pour une croissance économique déraisonné et leur pouvoir.

 

Ce qui est percutant lorsque l’on s’intéresse à l’Ethiopie, c’est qu’il n’y a aucune opposition entre les paysages sauvages et les paysages façonnés par la main de l’homme. Le terme exact serait intégration de l’un dans l’autre, non pas une assimilation comme on peut le voir dans certains pays car elle se fait toujours au dépend de l’un ou de l’autre, mais bel et bien une évolution commune de ces deux mondes, moderne et antique, rendant ce contraste dans la nature même de ces paysages et de constater que ces paysages avaient finalement été si peu transformé depuis des siècles

Crédit photos : Hamid KASSIE, Guide culturel à Addis-Abeba


Ethiopie une pépite antique est née !

Située dans la corne de l’Afrique, l’Ethiopie est la grande destination Africaine de ses prochaines années. Addis-Abella, capitale compte près de 4 millions d’habitants, elle est la troisième ville du monde par le nombre de diplomates qui y résident, derrière New York et Genève. Siège de l’Union africaine avec ses quelques 800 fonctionnaires internationaux. Elle est une ville immense et tentaculaire (environ 5 fois celle de Paris) où se croisent des milliers d’expatriés, diplomates internationaux et population locales. Culture, divertissement et découverte sont aussi au rendez-vous notamment avec le musée Ethnologique et national exposant le très célèbre squelette de « Lucy ».

 

Au nord de la capitale, au départ de Débark se trouve le parc national du Simien, un rêve de nature au souvenir de paradis, des paysages spectaculaires époustouflants au point culminant de l'Éthiopie du Ras Dashan, avec 4 550 mètres d'altitude. Le parc est d’une importance mondiale pour la conservation de la biodiversité car il est le refuge d’espèces menacées, notamment Walia ibex, une chèvre des montagnes que l’on ne trouve nulle part ailleurs. Au total, le parc abrite plus de 20 espèces de grands mammifères et plus de 130 espèces d’oiseaux ainsi qu’une importante population du rare gypaète barbu (gypaetus barbatus), une espèce spectaculaire de vautour. Du lac Tana et le Nil bleu aux églises orthodoxes creusées à même la roche ocres rouges des Montagnes du Gheralta, en passant par le désert aride du Danakil et la vallée de l'Omo luxuriante, les paysages sont étonnants et incroyablement variés. Les richesses de la faune de l'Ethiopie sont également diverses, des animaux de la savane africaine typique du sud aux créatures indigènes uniques comme le babouin gelada et le loup éthiopien.

 

Ainsi L’Ethiopie est loin du cliché occidental… un pays à la nature inhospitalière, figé dans sa culture millénaire et périodiquement rongé par les famines. J’aurai encore beaucoup à écrire sur l’Ethiopie et notamment sur les nombreuses peuplades riches d’histoires et de cultures mais cela fera peut-être l’objet d’autres articles. J’aimerai plutôt laisser la parole à Hamid KASSIE, Guide culturel à Addis-Abeba .  Cette interview s'inscrit dans "le bureau des guides", une section du blog qui s'incarne bénévolement dans un tourisme solidaire afin de favoriser les acteurs locaux faisant de la proximité avec les bénéficiaires une priorité.

 

Hamid KASSIE, Guide culturel à Addis-Abeba
Hamid KASSIE, Guide culturel à Addis-Abeba

Bonjour Hamid comment pourrais-tu décrire les richesses de l’Ethiopie ?

  • Première nation au monde à adopter officiellement le christianisme
  • Certaines des plus anciennes églises du monde
  • La plus grande église du monde en pierre taillée
  • Seule nation subsaharienne avec des monuments historiques importants et des bâtiments
  • Incroyable nombre d'oiseaux et de mammifères endémiques
  • Seule nation africaine n'ayant jamais été colonisée
  • Avec 86 groupes ethniques, le pays culturellement le plus diversifié d'Afrique de l’Est
  • Incroyablement accueillant et amical envers les étrangers
  • Maintenant, la plupart des points forts touristiques peuvent être atteints par de nouvelles routes pavées
  • Avec toute sa beauté, l'Éthiopie évolue plus rapidement que la plupart des autres pays d'Afrique et avec lui une partie de sa beauté rugueuse, en particulier le véritable mode de vie ethnique, ainsi que certaines des espèces extrêmement rares et / ou endémiques qui sont sur leur chemin en dehors.

Que faut il voir absolument ?

  • Les églises roche de Lalibela
  • Le Park National du Simien
  • Les Château de Gondar
  • Les monastères sur Lac Tana
  • L'ancienne vieille ville de Harar
  • La mosaïque culturelle de la basse vallée de l'Omo
  • Les églises rupestres de Geralta
  • Aksum
  • Les cérémonies religieuses orthodoxes (Timket, Gena et Meskel)
  • La Dépression du Denakil

Pour des voyageurs sac-à-dos amoureux d’espaces et d’aventures, quelles zones conseillerais-tu ?

  • Au nord, le parcours historique est le plus pratiqué, on y accède par les transports publics et le trekking dans le Parc National du Simien. Cela leur permet de découvrir l'histoire, la culture, la nature et les beaux paysages
  • La ville fortifiée de Harar vaut également la peine de voir par la même raison

Quelles est la durée moyenne de voyage pour découvrir l’Ethiopie ?  

Entre 2 et 3 semaines 


Articles associés


guide du voyageur autonome
Denis, expert en survie
les voyageurs autonomes
Serge Razafindrabe, guide de Madagascar
guide du voyageur autonome
Gildas, passionné de nature

Écrire commentaire

Commentaires : 0