Sur les épaules du Népal

Sur les épaules du Népal, le SCULPTEUR de montagne

A l'ombre du géant

Selon la légende, un beau jour de 1852, un fonctionnaire du service géodésique de l' Inde à New Delhi fit irruption dans le bureau de son supérieur hiérarchique en s'écriant: "Monsieur, j'ai découvert la plus haute montagne du monde ! "

 

En réalité, cette découverte résultait du laborieux collationnement de relevés gribouillés de calculs trigonométriques effectués sur le terrain. A cette époque et durant encore presque un siècle, le Népal était fermé aux européens, et l'on pouvait calculer la hauteur des ses plus hauts sommets qu'à partir des contreforts de l'Inde, situés à 150 kilomètres de là. Il fallait transporter, attaché à des perches soutenues par deux hommes, tout le lourd matériel du géomètre. Les mesures prises alors étaient d'une exactitude remarquable:

 

Elles fixaient la hauteur de l'Everest à 8840 mètres pour une altitude de 8848 mètres reconnue à nos jours !

 

L’Everest est la seule montagne de la chaîne qui porte le nom d'une personnalité, Sir George Everest, éminent directeur du service géodésique de l'Inde de 1830 à 1843. Bien qu'elle faillit le perdre quelques années plus tard au profit de son nom tibétain, Chomolungma, si certains érudits de l'époque n'avaient pas relevés que le Chomolungma désigne un ensemble de massif et non le sommet en question. 

 

L’Everest apparaît solitaire et imposant, ses pics enneigés s'érigent puissamment au dessus du contrefort du Népal et offre le plus prodigieux panorama du monde. Un tel spectacle devait se dévoiler aux yeux du monde.

 

Un siècle plus tard le Major Jimmy Robert, officier de l’armée Britannique, fondait en 1965 la toute première agence de trek Népalaise “Mountain Travel Nepal”. Il n'aurait sans doute pas imaginé que plus de 50 ans après le Népal serait toujours une destination de rêve pour les passionnés de trekking, d’alpinisme et de voyages aux saveurs spirituelles !

 

C’est vrai, personne ne revient du Népal sans un souvenir merveilleux et un sentiment d'accomplissement. Il faut dire qu'il possède dix des quatorze sommets les plus hauts du monde, une histoire débordante d'aventure, de danger et d'exotisme ! Le Népal c'est aussi une population de 60 ethnies et de castes différentes riches de cultures et de traditions résolument tournés vers leur avenir . Ce pays de grimpeurs aux multiples légendes est l’empreinte des différentes ethnies et castes qui l'ont bâti, les Newars de la vallée de Katmandou, les Gurung, les Sherpas, les Tamangs…

 

 

Ce pays déborde de tout ce qui se  fait de mieux, l’authenticité et la simplicité de l'existence !

 

Cet été,  j'ai fait la connaissance de Palden Tamang, guide de trekking et alpiniste diplômé. Avec son associé et ami Sukman, ils organisent depuis des années par l'intermédiaire de leur agence "Siddhartha Trekking" des expéditions, des circuits et des visites afin de découvrir les secrets du Népal et du Tibet. Après plusieurs échanges très sympathiques et instructifs, il était important pour moi de vous le présenter.

 

Palden appartient à l'ethnie Tamang, l’une des principales ethnies, descendants des populations du Tibet et aussi de Mongolie. Marié et père de deux enfants, il est diplômé guide de la "Nepal Academy of Tourism and Hotel Management" puis obtient son diplôme d'alpiniste à la "Nepal Mountaineering Association" . Sa grande expérience lui permets de choisir avec le plus grand soin, les équipes d'assistants guides, de porteurs et de cuisiniers.

 

Palden Tamang

" A 14 ans, j'ai commencé le travail de porteur pour 14 roupies (0,12€) par jour, ensuite je suis passé aide-cuisinier et chef de cuisine. Maintenant je suis content de ma vie et très heureux de faire le métier de guide"

 

Le trek de PIKE PEAK à retenu mon attention, une expérience unique hors des sentiers battus, une ascension très peu fréquentée culminant à 4200 m. A mi chemin du trek Sukman accueille ses invités dans son village de Chimding, à flanc de montagne, pour partager des moments de vie et d'amitié chez lui lors d'un repas, d'un thé... Loin des tumultes touristiques. Ce trek n’offre rien de moins qu'une vue sur l'Everest, le Kanchenjunga, l'Annapurna II et la chaîne du Langtang. Que pourrait-on espérer de mieux que ce panorama titanesque chargé d'exaltation ?

 

Enfin le village de Chimding abrite aussi l’association Lumières du Népal dont Sulman est directeur adjoint. Cette association mène un programme d'alphabétisation, de parrainages d'enfants par des familles françaises... et œuvre actuellement afin d'équiper chaque foyer de poêles à bois.  A l’évidence le Népal est une terre d'accueil et de sourires, un bel exemple d'ouverture d’esprit un mélange de tradition et de modernité.

 

J'aimerai conclure cet article comme je l'ai commencé par une réponse de George Mallory lorsque l'on lui demandait pourquoi il gravissait les montagnes. 

 

" Je grimpe toutes ces montagnes tout simplement parce qu'elles sont là !"

 

Je ne suis un spécialiste de l'humour anglais, mais en même temps, cette phrase exprime peut être que certaines choses se passent d'explications, que la vie est courte et que nous devons essayer de découvrir ce que cache l'horizon !

 

Nicolas MATHIEU 

Gorges Mallory poète anglais qui grimpa dans les années 20 l’Everest
Gorges Mallory poète anglais qui grimpa dans les années 20 l’Everest
http://www.siddharthatrekking.com/
Palden Tamang
couché de soleil everest
PIKE PEAK, K2, Everest

Articles associés


Siddhartha trekking
Terrains enneigés ou glacés

guide du voyageur autonome
Kahramon, guide en Ouzbékistan
les voyageurs autonomes
Serge Razafindrabe, guide de Madagascar
guide du voyageur autonome
Hamid KASSIE, Guide culturel à Addis-Abeba

Écrire commentaire

Commentaires : 0