Terrains non techniques

Progression sur terrains non techniques

On définit par terrains non-techniques tous les environnements qui ne font pas appels à l’acquisition de compétences spécifiques comme l’alpinisme, la haute montagne, la progression en milieu tropical ou glaciaire. Les terrains non techniques peuvent être arpentés avec des bases de sécurité et de bon sens.

 


Les sentiers sont conçus pour accueillir et guider de nombreux randonneurs, évitez de couper les lacets car non seulement le gain de temps est modeste et l’exercice parfois dangereux mais surtout vous risquerez de perdre le tracé.

Même dans des zones très parcourues faites attention à ne pas perdre le sentier, on rate parfois le balisage qui peut être camouflé par la végétation. Les broussailles se développent souvent avec abondances selon les régions, elles sont identifiées sur des cartes ou des topos. Mais parfois elles poussent en supplantant la végétation d’origine suite à des événements particuliers, feux, inondations, avalanches. Elles sauront être un véritable cauchemar pour le randonneur, rendant la marche difficile et dangereuse et peuvent également dissimuler des crevasses et ravins si vous n’avez aucunes visibilités sur le sol. Les broussailles sont composées souvent d’arbustes épineux et de branchages très dur pouvant déchirer sac dos et vêtements, dix kilomètres sur un sentier propre sera moins éprouvant que deux kilomètres de broussailles.

 

Privilégiez toujours le chemin le plus direct et si vous cherchez à établir un nouveau trajet repérez visuellement les grands arbres et des forêts denses sur votre carte car généralement les broussailles y sont moins nombreuses. Si votre choix se limite entre les broussailles ou le lit d’une rivière opté pour ce dernier, même avec de l’eau aux genoux vous avancerez nettement plus vite. Il est préférable également progresser sur des pierriers éboulis ou névés. Les montagnes sont en permanente mutation par l’effet de l’érosion, ces phénomènes de vieillissement naturel sont responsables pour la plupart du temps de chutes de pierres et leurs accumulations constituent pierriers et éboulis Ils sont facilement identifiables par leur aspect en large bande sous forme de couloir traversant une végétation.Les pierriers se composent de pierres plus ou moins importantes mais assez grosses pour que l’on puisse marcher dessus. Ils sont parfois stables ou à l’inverse vous pouvez briser l’équilibre de l’ensemble et provoquer un éboulement.

randonnée trek aventure

 Les pierres sont parfois coupantes et glissantes, anticipez votre chemin à trois quatre mètres et si vos vous observez du lichen sur et entre les pierres il s’agit souvent un signe de stabilité. Restez sur vos gardes et surtout si un ensemble de pierres cèdent soyez prêt à prévenir le reste du raid. Ne vous engagez jamais à plus de deux ou trois en même temps. Réalisez de petits pas rapides en anticipant toujours le suivant. Les bâtons de marches vous seront d’une aide précieuse et soulageront la pressions sur vos genoux, placez-les devant vous.Les éboulis sont un mélange de sables et de graviers qui se déroberont sous vos pieds. La montée est une épreuve pénible et éprouvante, prenez les mêmes précautions que pour les pierriers, la principale clés et d’anticiper votre chemin sur quelques mètres. Pour progresser sur un éboulis vous utiliserez les techniques de progression sur terrains enneigés et selon l’inclinaison de la pente vous utiliserez deux techniques différentes, soit dans l’axe de la pente soit en diagonale. Lorsque les éboulis sont vraiment instables votre première préoccupation est de grimper en équilibre surtout si vous êtes équipé d’un sac-à-dos.

 


Balisage en montagne

Les balisages sont fréquemment indiqués sur la gauche et peints sur des arbres, des roches ou des poteaux en région enneigée. Ils sont normalisés par la fédération française de randonnée et ne seront pas les mêmes selon le pays ou vous vous trouverez. Renseignez-vous au préalable.

 

D’autres balisages sont parfois utilisés comme les cairns qui sont des monticules de pierres érigés par des randonneurs pour indiquer le chemin à suivre ou le haut d’un sommet. Ils ont l’avantage d’être visibles de très loin mais attention ils ne sont pas forcément fiables car on peut parfois les confondre avec des sépultures ou autres autels, dans la mesure du possible préférerez le balisage peint. Prenez l’habitude de chercher du regard le balisage, la première raison est qu’un sentier tracé n’est pas forcément le bon, il est peut-être la conséquence d’une succession d’erreurs et bien souvent le balisage indique le meilleur compromis entre la sécurité et l’effort. Et n’oubliez pas votre carte et votre boussole, ils sont d’excellents moyens de confirmer l’itinéraire. Faites régulièrement des points itinéraires. 

randonnée trek aventure
Les sentiers de grandes randonnées s’étendent parfois sur des centaines de kilomètres à la différence des GR de pays conçus pour valoriser un territoire par sa culture ou son patrimoine. Les chemins de Promenades et Randonnées proposent des itinéraires

Terrains semi-techniques

Les terrains semi-techniques ne font pas appel à des techniques de progressions spécifiques. Cependant le potentiel de risque qu’ils représentent exige des précautions pour les arpenter. Lors du passage d’une corniche ou l’ascension d’une brèche par exemple vous avez la possibilité d’installer une main courante. C’est à dire une corde reliée par deux points d’ancrages en bas et en haut de la section à traverser. Vous stabiliserez la main courante par des points d’attaches et le raid aura la possibilité de fixer un mousqueton à une sangle, s’il dispose d’un baudrier ou tout simplement s’y relier par un prussik attaché à la main. Si vous êtes un nombre pair vous pouvez progresser par équipe de deux en utilisant la technique de la corde tendue. Le premier de cordée progresse en plaçant des mousquetons à intervalles réguliers dans des points de protections, au minimum deux entre les grimpeurs. Le second récupère le matériel que le premier installe. Sur une paroi à faible pente on peut utiliser un simple assurage à la taille. Lors d’une ascension si une section est un peu compliquée, le premier grimpeur demande au second de l’assurer et d’installer un relais auquel il sera vaché. 

randonnée trek aventure

Nicolas MATHIEU, extrait du "Guide du voyageur autonome"

Articles associés


Cours d’eau et lieux humides
Autres terrains

Écrire commentaire

Commentaires: 0