La pluie et les orages

Anticiper et gérer la pluie et les orages

Les orages peuvent être particulièrement violents et dangereux lorsque vous êtes en pleine étape, il est alors impératif de consulter la météo dès que cela est possible ou d’observer son environnement pour en détecter les signes.  On distinguera deux principaux dangers lors d’un orage, le plus souvent il s’accompagne de fortes dépressions, on adaptera alors son comportement à la situation et ont restera vigilant sur les possibilités de crues soudaines des cours d’eau, du déracinement des arbres et des glissements de terrains en milieu instable. Même si les pluies sont faibles les roches deviendront glissantes par la pluie mais l’ennemi le plus redoutable reste la foudre car le risque de foudroiement est un phénomène aléatoire en montagne.

 

La foudre frappe tous ce qui représentent une différence de hauteur avec l’environnement, protubérances rocheuses, arbres …et quelques soit le type de matériau. Dans un rayon d'environ 30 m du point d'impact, la zone est considérée comme dangereuse. Ainsi le foudroiement direct peut mener à la mort si la décharge électrique traverse le corps jusque à la terre.

 

Lorsque la foudre s’abat sur un élément de la zone comme un arbre ou un rocher, le phénomène est appelé foudroiement indirect, le champ électrique cherchera à rejoindre la terre en traversant les éléments du terrain les moins résistants. Si un randonneur se trouve sur le chemin de l’arc il en sera traversé, le courant essaiera de rejoindra la terre. Il se crée alors au sol un champ électrique composé de plusieurs cercles d’intensités différentes. Si nos pieds à cet instant sont rapprochés, on aura un risque minimum d’être touché par un foudroiement indirect, mais le risque deviendra très important si nos jambes sont écartées car la zone d’impact cerclée par les champs électriques n’a pas la même intensité. La différence de potentiel entre deux points de contact peut engendrer des paralysies musculaires, brûlures, cécité, surdité et dans le pire un arrêt cardiaque.


danger de la foudre
La foudre frappe tous ce qui représentent une différence de hauteur avec l’environnement, protubérances rocheuses, arbres …et quel que soit le type de matériau
danger de la foudre
Le foudroiement indirect crée un champ électrique qui peut s’étendre jusqu'à trente mètres de l'impact !

Que faut-il faire lors d'un orage en montagne ?

A chaque fois qu’une situation est critique, restez calme (voir chapitre sur la Survie et psychologie du stress). Dans un premier temps rangez tout objet métallique qui pourrait attirer la foudre, notamment tout ce qui vous dépasse, les bâtons de randonnées ou de skis, les piolets… Évitez également de marcher en groupe pour supprimer le phénomène de propagation, 3 mètres au minimum. Dans la mesure du possible descendez dans les vallées en évaluant les risques de crues et de glissements de terrains. Le mieux si vous en avez à proximité est le sous-bois. Dans les autres cas, ne vous abritez pas sous un arbre isolé ou une roche car sur ce type de protubérance la foudre généralement s’abat. Dans le cas où une grotte se trouve près de vous, vérifiez qu’elle ne soit déjà pas habitée et qu’elle soit suffisamment grande pour pouvoir s’asseoir à plus d’un mètre de son entrée.. Si le terrain d’activité est lunaire, la seule solution est d’adopter une position recroquevillée et de s’isoler du sol en s’asseyant sur votre cape, poncho ou encore votre sac à dos.

 

danger de la foudre

Evaluation de la distance d’un orage

Pour évaluer la distance qui vous sépare d’un orage, il faut réaliser un décompte entre le moment du flash de l’éclair et la détonation du tonnerre. Divisez le nombre obtenu par trois et le résultat vous donnera en kilomètres la distance qui vous sépare. Répétez le calcul pour déterminer sa progression si le temps entre l’éclair et le tonnerre augmente c’est que l’orage s’éloigne dans le cas contraire il se rapproche. L’explication de la méthode est la suivante : le son se propage environ à 340 mètres secondes et la lumière à 300 000 km par seconde. Bien que l’éclair apparaisse en même temps que le grondement du tonnerre votre œil et vos oreilles capteront les informations à de différents moments. 

 

Barométrie et Altimétrie

La mesure de l’indice de pression atmosphérique est une donnée intéressante pour prédire un changement climatique.  Ainsi une baisse de pression (dépression) est un signe habituel de mauvais temps et une hausse de pression (c.-à-d. Un anticyclone) est signe de l’arrivé du beau temps. Dans ce postulat plus le changement de pression est brutal plus l’évolution des conditions est rapide et intense. La pression atmosphérique moyenne est de 1013 hPa, elle est mesurée au niveau de la mer. Si la valeur de cette pression est inférieure à 1013 HPa, il s’agit d’une basse pression ce qui implique une dépression. Si au contraire elle lui est supérieure, il s’agit d’une haute pression on parle alors d’anticyclone. La plupart du temps les outils utilisés sont des baromètres-altimètres, ils déduiront en fonction de la pression une altitude correspondante. 

 

Interprétation météo

Savoir anticiper un changement climatique en pleine nature est un atout certain pour se déplacer en toute sécurité, il y a des basiques à connaitre comme le vent et les nuages. Mais aussi différents signes de son environnement permettant de prédire les changements météorologiques. Pour connaître la direction du vent, laissez tomber quelques feuilles ou observez la cime des arbres. La direction du vent vous permet de prédire le type de temps qu’il fera bientôt. Des sautes de vent indiquent une instabilité atmosphérique et un changement probable du temps. Une fumée qui s’élève en une mince colonne est annonciatrice de beau temps alors qu’une fumée qui s’élève à peine ou qui « s’aplatit » est signe de mauvais temps. Les oiseaux et les insectes volent plus près du sol lorsque l’air est lourd et chargé d’humidité. C’est un signe de risque de pluie. La plupart des insectes deviennent plus actifs avant une tempête, mais chez les abeilles, un regain d’activité annonce le retour du beau temps.

 

Des vents imperceptibles qui se déplacent lentement avec un air lourd et humide signalent souvent une zone de basse pression (dépression). Ce phénomène annonce du mauvais temps qui durera probablement plusieurs jours. On peut « entendre » et « sentir » une dépression, l’air humide immobile accentue davantage les odeurs de la nature que des conditions de haute pression. Les sons sont également plus nets ils se déplacent plus loin dans des conditions de basse pression.

 

Reconnaître les premiers signes de la pluie ou du beau temps

Beau temps dans les 24 h si

  • Si quelques heures après le lever du soleil la brume du matin se dissipe
  • Un vent léger souffle de l’est dans l’hémisphère Sud et de l’ouest dans l’hémisphère Nord
  • Les nuages se dissipent en fin d’après-midi
  • La fumée qui sort d’une cheminée s’élève à la verticale
  • Il y a de la rosée ou de la gelée matinale
  •  La lune est brillante et son contour est bien défini
  •  Le soleil couchant ou levant est rouge
  •  Le ciel est dégagé et bleu à l’ouest
  •  Le ciel est rouge à l’est au coucher du soleil

Précipitations dans les 24 h si

  • Les nuages deviennent noirs au cours de l’après-midi en été
  • Les sons lointains s’entendent mieux qu’à l’habitude
  • L’air est chargé d’une odeur de terre
  • Le vent augmente ou change rapidement de direction passant de l’ouest au sud-ouest, au sud puis au sud-est
  • Un halo est observable autour du soleil ou de la lune (plus le halo est grand, plus les précipitations arriveront rapidement) surtout en été
  • Il n’y a pas de rosée au sol le matin
  • Un arc-en-ciel matinal est présent dans le ciel à l’ouest
  • Le ciel est rouge à l’ouest au lever du soleil
  • Le soleil couchant est pâle
  • Les nuages se teintent de rouge au coucher du soleil
  • Les oiseaux et les insectes volent plus bas qu’en moyenne.

Nicolas MATHIEU, extrait du "Guide du voyageur autonome"

 

Articles associés


Les effets du vent
interpréter la météo

Écrire commentaire

Commentaires : 0