Anticiper les risques de la chaleur

anticiper les risques de la chaleurs

Le syndrome d’hyperthermie est souvent sous-estimé, cependant la surchauffe de notre organisme peut être fatale. Anticiper les mécanismes de l’hyperthermie lorsque il fait chaud et que l’effort est intense, c’est pouvoir la prévenir efficacement. On commence à parler d’hyperthermie à partir du moment où la chaleur du corps est au-dessus de la valeur normale en raison de l'accumulation de chaleur exogène (issue de l'environnement et non produite par le corps). 

 


Transfert par conduction

chaleur conduction

 

 

 

Il suffit de deux ou trois heures pour en mourir si on en ignore les symptômes. Chez un individu en pleine santé, la chaleur corporelle est maintenue en moyenne entre 37° à 37,5°C, ces bornes sont maintenues par un mécanisme physiologique qui consiste à équilibrer la production de chaleur et son évacuation c’est que l’on appelle « la thermorégulation ». La plus grande partie de la chaleur est perdue par un phénomène de convection ou de radiation, c'est-à-dire que la chaleur produite est évacuée par la peau sans action de l’organisme (situation normale de non-effort). Le mécanisme d’évaporation est beaucoup plus important lorsque la température ambiante est supérieure à celle du corps ou lorsque l’effort produit de la chaleur.

On décrit plusieurs syndromes liés à la chaleur !

Le coup de chaleur

Il est le syndrome le plus grave, car la perte de connaissance peut être immédiate. Il est dû à une évacuation insuffisante de la chaleur. Les symptômes sont une peau chaude et sèche, céphalées, chair de poules, frissons, confusion, vertiges, nausées, vomissement, hyperventilation, crampes. Le traitement dans cette situation est évidemment le refroidissement.

  •  On pourra utiliser la ventilation naturelle ou artificielle,
  • L’application de linge humide, en privilégiant les zones cou, aisselles, aine et les côtés du tronc.
  • Masser les extrémités pour accélérer la circulation du sang et le refroidissement du corps et réhydrater le corps avec une solution salée, sucrée.

Pour éviter des complications, on peut porter des vêtements transportant la sueur, s’hydrater suffisamment, afin de favoriser la sudation, utiliser une bonne ventilation, mouiller ses vêtements et sa peau. Ne pas réaliser trop d’effort lors de température trop élevée, éviter les repas trop riches en protides et lipides et bannir l’alcool.

 

L’épuisement thermique

Il est provoqué par une défaillance des réponses cardiovasculaires à une température élevée. Le plus souvent chez des personnes ayants des traitements cardiaques. Les symptômes sont fatigue, soif, anxiété, vertiges, nausées, vomissement. Si la température du corps est normale il suffit aussi de se reposer, boire et prendre un peu de sel.

 

La crampe de chaleur

Elle survient sur des efforts intenses en ambiance modérément chaude dû à une surproduction de chaleur, elle frappe les muscles sollicités. Elles sont douloureuses mais peu graves. Il suffit de se reposer, boire et prendre un peu de sel.


Le besoin d’eau

chaleur risque voyageur

L’organisme évacue la chaleur de différentes façons, plus la température du corps est élevée, plus la transpiration l’est également. C’est la principale cause de perte d’eau de notre organisme.

 

Pour préserver l’eau dont notre corps dispose, on peut prendre les mesures suivantes :

  • Trouver un endroit ombragé et éviter le contact direct avec le sol chaud, limiter les déplacements
  • Ne pas laisser évaporer la transpiration en déroulant ses manches jusqu’aux poignets, se couvrir la tête et protéger son cou au moyen d’un foulard. Cela protégera le corps du vent chaud et des rayons directs du soleil. Les vêtements absorbent la sueur et la maintiennent contre la peau de manière à tirer avantage de son effet refroidissant
  • Si l’on reste à l’ombre entièrement vêtu la bouche fermée, sans parler et en respirant par le nez, on peut réduire considérablement ses besoins en eau;
  • Manger léger car la digestion en exige beaucoup, par conséquent une surconsommation d’aliments utilisera une quantité d’eau dont le corps aurait besoin pour se rafraîchir.  

La sensation de soif que l’on peut ressentir est déjà une alerte de notre cerveau pour exprimer que le corps est déjà en manque. Si l’on se fie à cette sensation, on comble ainsi uniquement les deux tiers des besoins. Pour prévenir cette déshydratation, il faut boire 0.5 litre d’eau à l’heure si la température est inférieure à 38° et 1 litre à l’heure si la température est supérieure à 38°. L’action de boire à intervalles réguliers aide à conserver la fraîcheur du corps et réduire la transpiration ainsi la perte d’eau est ralentie. Même si on ne dispose pas de beaucoup d’eau, il faut boire constamment par petites gorgées. Ne rationnez pas l’eau ou vous le regretterez.

 

Boire des litres d’eau par jours pour assurer le fonctionnement du corps est essentiel mais nous pouvons optimiser cet apport par une suite de conseils pratiques :

  • Une eau de bonne qualité doit être peu minéralisée
  • L’eau est très hydratantes lorsqu’ elle est à 38°C
  • Eviter de boire pendant le repas. En buvant trop on dilue les sucs pancréatiques et gastriques cela retarde d'autant la digestion, tout en fatiguant inutilement le corps
  • Boire par petites quantités régulièrement
  • Ne jamais boire une très grande quantité de liquide d’un seul coup, et froid de surcroît
  • Une boisson chaude ou tiède à base de thé fera diminuer la sensation de soif plus rapidement que tout autre breuvage

 

Risques de la déshydratation

  • Le réchauffement prématuré du corps
  • Une blessure au niveau des muscles et des tendons
  • Des maux de tête, une accélération du rythme cardiaque

Boire avant l'effort

  • Il est important que vous buviez avant de commencer votre séance. Dès le matin, buvez de l’eau plate ou une boisson comme le thé

Boire pendant l'effort

  • Lors de l’effort, n'attendez pas la sensation de soif alertant que la déshydratation a commencé
  • Vingt minutes d’activités physiques suffisent pour être en état de déshydratation
  • Pour une activité qui dépasse une heure, n'oubliez pas d'agrémenter votre boisson d'un peu de sucre, comme le miel riche en potassium
  • Vous pouvez également ajouter un peu de sel à votre boisson pour combler les pertes de sodium

 Après l'effort

     Après l'effort, il est important que vous buviez régulièrement afin de faciliter votre récupération et d'éviter les crampes

 

Nicolas MATHIEU, extrait du "Guide du voyageur autonome"

Articles associés

Pluie et Orage
Gestion du froid

Écrire commentaire

Commentaires : 0