L'attention involontaire

L'attention involontaire

LE PRINCIPE DE SE FAIRE DU BIEN !

Enlacer un arbre au feuillage vert scintillant, s'adosser contre une paroi illuminée par l' ensoleillement d'un mois de Juin ou s'immerger dans une forêt afin de  profiter des bienfaits de la Sylvothérapie, L'environnement naturel régénère notre corps et notre cerveau, nous le savons et nous en sommes tous persuadés, mais pour autant, est ce que nous le pratiquons ? Ce qui pourrait être lu de prime abord comme une croyance populaire évidente et rabâchée, s'appui sur plusieurs études scientifiques menés aux quatre coins de notre planète. 

 

Cela débute au soleil le levant par le Shinrin-Yoku traduit littérairement par "Bain de forêt" l'art de se promener dans les bois à la japonaise. Né au début des années 80, cette pratique qui constitue la pierre angulaire de la politique de la médecine préventive japonaise transforme une activité de plaisir en thérapie efficace et reconnue.  Et cela pour plusieurs raisons : Pour son air pur sous l'action des mousses et lichens fixant de manière et efficace les particules en suspensions dans l'air ainsi que les aérosols, pour son micro-climat et son air naturellement enrichi en huiles essentielles. Des scientifiques, Miyazaki et Motohashi ont commencé a mesurer les effets de l’environnent sur plusieurs patients selon les 5 indicateurs tirés du test "Profile of Mood States" : la tension, la dépression, l’anxiété, la fatigue et la confusion. les résultats enregistrent une amélioration significative âpres une ballade de 40 minutes en forêt matin et après midi !

 

Les effets psychologiques de la pratique du Shinrin-Yoku ont également été mesurés en 2007 sur l’humeur de 498 patients ayant marchés en forêt durant 4 jours. Tous ont éprouvés un meilleur sentiment de vivacité, une baisse de l’hostilité et de l’état dépressif durant la journée de sortie en forêt comparée au jour sans.  

 

En 2012, David Strayer, professeur de psychologie à l’université de l’Utah publia une étude sur la créativité à l’état sauvage. Le psychologue démontra sur un groupe de volontaire qu’après trois jours seulement dans un environnement naturel lors d'une randonnée, notre cerveau opérait une sorte de nettoyage de complet de notre mental. David Strayer déclara le troisième jour: Je sens et j'entends des choses que je ne percevais pas auparavant !

 

 


 Plusieurs test de résolutions de problèmes furent soumis au groupe de volontaires: Les résultats sont appels, ils ont été améliorés de 50 %

 

Je finirais sur une dernière étude suédoise sur le sujet, des individus soumis à des entretiens d'embauches dans un espace naturel mais cette fois ci virtuel. Même constat la performance et la sérénité sont aux rendez vous ! La nature nous nourrit et nous soulage ! 

 

Elle est tout de même bien faite cette "dame nature" à nous rappeler que faisons partie d'un tout interdépendant. peut être qu'il serait temps de lui rendre la pareille...

 

Articles associés


les voyageurs autonomes
les voyageurs autonomes
taaf

Écrire commentaire

Commentaires : 0