Méthode SODIS et approvisionnement en eau

Méthode SODIS et approvisionnement en eau

Le triptyque de base en matière de sécurité et de survie est un abri, du feu et de l’eau. Cette dernière correspond à l’un de vos besoins le plus urgent en situation d’effort car vous pouvez vous passer de nourriture pendant quelques jours, mais vous ne pourrez pas rester longtemps sans eau et cela même en région froide. On considère que vos besoins sont d’un minimum de 2 litres d’eau chaque jour pour fonctionner efficacement. Bien sûr cette quantité sera différente selon la température, le stress et  l’effort.

 

Nous aborderons dans cet article les techniques classiques liées à l'eau, la fabrication et l'utilisation des condensateurs d'eau feront l'objet d'un article séparé.


L' eau se trouvent plus facilement dans une vallée qu'au sommet d'une montagne !

EAU SODIS OMS PET UNICEF CROIX ROUGE

La toute première action sera d’effectuer un repérage au préalable des sources d’eau disponibles lors de la préparation du raid, vous pourrez facilement les trouver sur vos cartes. Du recensement vous choisirez plusieurs points d’approvisionnement en fonction des critères de risques de contamination et cela malgré vos pastilles de purification. Les risques de contamination sont divers, des eaux pures et limpides ne sont pas forcément potables, elles peuvent être contaminées par des bactéries ou des produits chimiques invisibles, à l’inverse une eau trouble ou sale peut être potable. Purifier l’eau ne se limite donc pas aux eaux d’aspects souillés. Dans la plupart des cas vous aurez à faire à deux types de contaminants, les chimiques et les biologiques. Les autres sources de contaminations peuvent êtres dues à des événements climatiques ou la typologie mêmes du sol, dans ses cas précis la contamination n’intervient qu’âpres une consommation prolongée.

 

L’industrie et l’agriculture par leur activités peuvent contaminer chimiquement (pesticides, nitrates, métaux lourds, etc.) les sources d’eau potables en sous-sol et cela à des kilomètres de leurs sites. S’il est possible de planifier votre chemin avant de partir. Il sera primordial de relever les coordonnées topographiques des sources d’eau et de préférences celles en amont des activités humaines ou d’élevages. Les contaminants biologiques rassemblent toutes les bactéries, de tous les micro-organismes que les hommes et les animaux peuvent transporter. Les plus courants sont ceux présent dans les déjections naturelles ou des virus non nuisibles pour certain animaux mais très dangereux pour nous. Les symptômes les plus courant sont ballonnements, diarrhées, flatulences, crampes, fièvre, ….

 

Dans quels cas faut-il purifier l’eau ? La plupart des organismes qui contaminent les eaux naturelles sont invisibles à l’œil et peuvent être présents dans des eaux cristallines sans arrière-goût et sans odeur. Afin d’éviter toutes mauvaises surprises, il ne faudra consommer aucune eaux sans l’avoir au moins préalablement traitée avec une pastille de purification. Vous aurez également la possibilité de compléter le processus de purification selon vos doutes sur l’état de l’eau. 

 

L’ébullition

 Cette méthode simple est un bon complément à la décantation. Elle tuera les organismes pathogènes bactéries, virus micro-organismes mais elle n’éliminera pas les polluants chimiques. Vous n’oublierez pas de minéraliser l’eau avec des plantes pour assurer une meilleure assimilation de l’eau. Faites bouillir l’eau pendant une minute au niveau de la mer, en ajoutant une minute pour chaque tranche additionnelle de 300 m au-dessus ou en la faisant bouillir pendant 10 minutes où que vous soyez..

La décantation

La décantation consiste à placer l’eau dans un récipient et la laisser reposer. Les particules en suspensions dans l’eau tomberont au fond du récipient, dans la mesure où le procédé demandera une longue halte, vous pouvez en profitez pour pré filtrer l’eau en la faisant passer dans un filtre à café, un linge, un tee-shirt, ou autre. Une fois que votre eau est claire et prête à être purifiée, secouez le récipient pour oxygéner l’eau et vous débarrasser d’une partie des organismes anaérobies.

ebullition
décantation
Click pour agrandir

Purification SODIS

SODIS UNICEF CROIX ROUGE OMS
1. Lavez la bouteille 2. Versez l’eau pré-filtré 3.Exposez l’eau pendant 6h

De l’eau contaminée peut être désinfectée et rendue potable à l’aide de rayons solaires en six heures. La désinfection solaire ou méthode SODIS permet d’éviter les maladies diarrhéiques, une des causes principales de décès chez les habitants des pays en développement. La méthode SODIS se prête parfaitement au traitement de l'eau à boire dans les pays chauds car elle ne requiert que de la lumière et des bouteilles en matière PET (Polytéréphatalate d’éthylène). Comment fonctionne-t-elle? Les bouteilles PET incolores sont remplies d’eau et exposées au soleil pendant six heures, les rayons UV-A contenus dans la lumière solaire tuent les germes infectieux comme les virus, les bactéries et les parasites (Giardia et Cryptosporidie). La méthode fonctionne également à basse température seul l’ensoleillement est important.

 

L’Organisation Mondiale de la Santé, l’UNICEF et la Croix-Rouge recommandent ainsi SODIS comme méthode alternative pour le traitement de l’eau potable dans les pays en développement.

 

Pour l’application de la méthode SODIS, nous recommandons des bouteilles en PET car elles sont légères et incassables, de plus, elles sont disponibles dans de nombreuses régions. Toutefois, on peut également utiliser des bouteilles en verre ou des pochettes spéciales. Les bouteilles en PET sont généralement désignées comme telle, quoique la désignation n'est pas toujours la même dans tous les pays. Elles doivent être transparentes et incolores, elles sont reconnaissables par un reflet bleuâtre. Le volume des bouteilles ne doit pas excéder trois litres

 

Comment peut-on distinguer le PETE du PVC

  • Elles ont un anneau de Moebius avec le chiffre 1 inscrit à l’intérieur et parfois la mention PET écrite au-dessous; 
  • Si du PVC est brûlé, il dégage une odeur âcre, contrairement à celle du PET qui est plutôt douce;
  • Le PET brûle plus facilement que le PVC.

Une turbidité élevée de l’eau diminue l’efficacité de la méthode. La clarté de l’eau peut être vérifiée à l’aide d’un simple test, placez la bouteille PET remplie d’eau en position verticale sur un titre de journal et regardez à travers l’eau à partir de l’ouverture de la bouteille de haut en bas. Si les lettres du titre ne sont pas lisibles à travers l’eau, celle-ci doit être filtrée. La nébulosité influence l’intensité de la radiation solaire donc l’efficacité de la méthode. Lorsque le ciel est couvert moins de sa moitié, six heures d’exposition solaire suffisent pour atteindre une décontamination complète de l’eau. Lorsque le ciel est couvert plus de la moitié, la bouteille doit être exposée au soleil deux jours de suite. La méthode ne fonctionne pas de manière satisfaisante par temps pluvieux.

 

Les limites

  • SODIS exige un rayonnement solaire suffisant;
  • SODIS nécessite une eau claire;
  • SODIS ne change pas la qualité chimique de l’eau;
  • SODIS n’est pas approprié pour de grandes quantités d’eau.

 

Comment trouver de l'eau dans la nature

La rosée peut fournir de l’eau, vous pouvez la récolter en attachant votre foulard ou autour de vos chevilles à votre passage dans l’herbe, le tissu absorbera la rosée. Il vous suffira de le tordre pour en recueillir l’eau. Cette technique est très efficace, vous pouvez recueillir jusqu’à un litre d’eau à l’heure. Les sources d'eau se trouvent plus facilement dans une vallée qu'au sommet d'une montagne !

 

Les abeilles, les fourmis qui entrent dans une fente d’un arbre peuvent vous indiquer la présence d’un trou rempli d’eau. Dans les régions arides, les fientes d’oiseaux autour d’une fissure dans la roche peuvent aussi indiquer la présence d’eau à proximité. Les bouquets de bambous verts contiennent de l’eau généralement claire et inodore. Pour la recueillir, pliez une tige verte, attachez-la et coupez la partie supérieure, l’eau s’égouttera durant la nuit. Si vous trouvez des bananiers ou des arbres à plantain, il y a une précieuse source d’eau en coupant l’arbre à une trentaine de centimètre du sol, vous creuserez le centre en forme de bol. L’eau des racines commencera immédiatement à remplir le trou. Les trois premiers bols ainsi obtenus seront amers, mais ensuite la souche vous fournira de l’eau buvable pendant quatre jours.

 

Certaines plantes grimpantes tropicales peuvent donner de l’eau, faites une entaille aussi haut que vous le pouvez, puis coupez la tige très près du sol. Recueillez ensuite l’eau dans un récipient ou dans votre bouche. Par contre buvez avec modération le lait ou l’eau issue des plantes car ils sont laxatifs. Certain grands arbres ont l’envergure suffisante pour supporter des plantes grimpantes avec de larges feuilles pouvant retenir une quantité considérable d’eau de pluie, n’oubliez pas de la filtrer. 

 

Nicolas MATHIEU, extrait du "Guide du voyageur autonome"

Articles associés


L'art du  feu
Prévoir son alimentation

Écrire commentaire

Commentaires : 0