Établir un itinéraire

Établir un itinéraire précis grâce au calcul du temps de marche

Pouvoir calculer la durée de son déplacement, c'est pour avant tout assurer sa sécurité.  Cette durée dépendra de la distance à parcourir, de la vitesse de marche, de la nature du terrain, du niveau physique, du poids de l’équipement, de la fatigue, des conditions climatiques et enfin de l’altitude lorsque est supérieure à 3500 m.  La plupart des sentiers de randonnées sont normalisés par les fédérations, elles expriment les distances en durée, si vous déterminez des étapes faites le  donc aussi en durée et mètre,  cela vous permettra d’assurer une gestion du temps optimale.

 

La méthode consiste à découper son itinéraire en sections

  • Les plates
  • Les dénivelés positifs
  • Les dénivelés négatifs.

Les cartes topographiques vous donneront toutes les informations nécessaires sur le relief et vous pourrez comptabiliser le nombre de kilomètres plats, le dénivelé cumulé positif et négatif. 

 


Vitesses moyennes de déplacement

établir un itinéraire

Calculer un temps de trajet avec deux méthodes

Première méthode: Le découpage des dénivelés

établir un itinéraire dénivelés

L’itinéraire à ci dessus représenté par une courbe exprime une distance de 18 km, cette courbe pourrait se traduire sur le terrain par exemple par la succession de deux vallées. En découpant la courbe en trois sections, vous obtenez :

  • Section Plate: R1= 3 km60
  • Section Dénivelé positif : R2, R4 = 1080 m
  • Section Dénivelé négatif : R3, R5 = 960 m

Prenons l'hypothése que le terrain soit non- enneigé, on obtiendrait alors:

  • Section Plate: Durée estimée environ 1 heure
  • Section Dénivelé positif : Durée estimée environ 3 h36
  • Section Dénivelé négatif: Durée estimée environ 2h24

Calcul des dénivelés

 

Section plate:  environ 1 heure

  • Section positive : 1080 m.

300 m/60 min = 5m/1min donc 1080/5 = 216 minutes = 3h36

  • Section négative : 960 m

400 m/60 m=6.67 m / 1 m donc 960/6.67 = 144 minutes = 2 h 24

 

Soit une durée de marche à prévoir pour l’itinéraire d'environ 7 heures.  En comparaison si vous n’aviez pas pris en compte le dénivelé, vous auriez pu estimer pour une marche de 18 km environ 4 h 30 heures.

 

 

 

En conclusion, on peut constater une différence de 2h30 sur l’horaire !  il faudra donc être très vigilant dans le cas d’un trek ou d'une randonnée de plusieurs jours. L’avantage de cette méthode réside dans la précision de la durée, elle sera essentiellement utilisée dans les longues expéditions .

 

Seconde méthode: Le kilomètre / effort

C’est une seconde notion permet d’évaluer non seulement la durée nécessaire à la progression mais aussi d’en estimer  la difficulté. Le km/effort vous donnera approximativement une équivalence en distance sur terrain plat, vous pourrez donc à partir de ces données :

  • Evaluer la durée de votre raid
  • Mesurer la difficulté réelle pour votre organisme.

On peut estimer 1 km/effort à 100 m de dénivelé.

 

La formule appliquée sera km /effort= somme de la distance topographique en km et du dénivelé positif entre les deux points en centaine de mètre.

 

Exemple : Une distance de 8 km à réaliser avec un dénivelé de 440 m sera équivalente en durée et en effort à 12,4 km/effort (8+4,4).

 

Si la formule théorique n’est pas parfaitement exacte, elle donne une bonne base de pondération en fonction du terrain, l’équipe devra connaître ses capacités physiques en termes de km/effort, ce qui impose de prendre des marges de sécurité. La courbe ci-dessous reprend le raid des deux vallées sur la distance de 18 km, vous allez pouvoir établir le km/effort de ce raid. 380 m + 700 m= 1080 m de dénivelé, vous devrez rajoutez alors 10,8 km soit 18+10.8 soit au total 28.8 km/effort. 

établir un itinéraire dénivelés

Votre itinéraire de 18 km sera ressenti par votre organisme comme une marche de 28.8 km sur terrain plat. Vous pouvez maintenant déterminer approximativement la durée nécessaire 28.8 km/ effort divisé par 4 (km/h sur terrain plat) soit 7 heures et 20 minutes

  • Première méthode par découpage de section, durée obtenue 7 heures.
  • Deuxième méthode par km/effort, durée obtenue, 7 heures et 20 minutes

Même si la deuxième méthode est moins précise, elle conserve l’avantage d’être nettement plus rapide.

 

Remarque : Les pentes négatives sont à prendre en compte à partir d’un dénivelé de 20 m pour 100 m de distance.

 

La durée du raid peut dépendre de divers facteurs

  •      Plus votre groupe est  important, plus vous serez lent,
  •      Vous progresserez plus vite le matin et la nuit,
  •      Un climat frais facilitera la progression,
  •      Le dénivelé cumulé,
  •      Le poids des bagages,
  •      La longueur du parcours,
  •      La difficulté du terrain,
  •      La durée des pauses.

 La difficulté consiste à anticiper les caractéristiques du terrain et la vitesse de progression moyenne de la troupe, ce qui impose au guide de prendre des marges de sécurités lors des premiers jours d’un raid. 

 

Les derniers conseils

Progresser avec un bon rythme garantit la réussite de ses objectifs, cependant ne faites pas l’erreur de démarrer trop vite sans vous préoccuper des kilomètres à venir. Vous allez trop vite si vous n’arrivez pas à garder votre rythme après une heure de marche ou si vous n’arrivez pas à parler sans être essoufflé. A l’opposé, marcher trop lentement ne fait que prolonger l’étape en prenant le risque de ne pas pouvoir bivouaquer le soir. Vous aurez également moins de temps pour passer les passages délicats. Marcher trop vite ou trop lentement ne fera qu’augmenter votre fatigue, au début marchez lentement avec des petits pas dans le but de chauffer vos muscles et d’acclimater votre corps à l’effort à venir. N’hésitez pas à faire une courte pause pour vous permettre de trouver votre second souffle. Adapter votre progression selon le terrain, un rythme cardiaque en accélération, des muscles souples et chauds, une sensation de bien-être provoquée par l’endorphine sont les signes du second souffle. C’est l’état physiologique du corps le plus optimal, profitez-en pour abattre la majeure partie du raid. Faire des pauses permet à votre organisme de récupérer, après des passages difficiles et garder un rythme efficace. Le matin lorsque l’effort de la journée ne pèse pas encore, une ou deux pauses suffisent, elles seront courtes et généralement debout ou appuyé contre une paroi. Profitez de l’occasion pour grignoter un encas ou de vous soulager du poids de votre sac à dos.

 

Nicolas MATHIEU, extrait du "Guide du voyageur autonome"

Articles associés


L’étude de terrain
Les bases de l'orientation

Écrire commentaire

Commentaires : 0