L' étude de terrain, partie 1

Etudier le terrain pour concevoir son itinéraire

Vous êtes sur le point de commencer la première étape de votre activité. Au fil de sa création vous éprouverez un sentiment d'immersion vous procurant une impression d'avant-goût. La réussite de votre projet dépend essentiellement de sa préparation : La connaissance du terrain, les éléments de base du climat et votre capacité à faire face aux imprévus seront des socles pour comprendre l’environnement dans lequel vous voulez évoluer. Une bonne préparation dépend non seulement de ce que vous faites mais également de comment vous allez le faire ! Cet article en plusieurs partie vous donnera toutes les clés nécessaires pour assurer une sécurité totale avec un maximum de plaisir. 

 


Comment commencer ?

Face à l'inconnu vous vous poserez un nombre important de questions, notez les, certaines seront interdépendantes, d'autres entraîneront une série d’interrogations, mais cela vous permettra de les ordonnancer dans un ordre de priorité.

 

Prenez du recul, gardez du bon sens sur vos choix de trajet, sur la durée, ne vous sous-estimez pas ou au contraire ne vous surestimez pas. N'oubliez pas que vous ne pourrez pas tout maîtriser, la météo locale, l’érosion, les changements climatiques, peuvent modifier d'une année sur l'autre la typologie de terrain. Maintenez votre idée de départ et sachez où vous voulez aller. N’hésitez pas à partager vos points de vue avec d'autres. Soyez soucieux du détail, vous aurez la responsabilité d'un groupe et si vous n’examinez pas toutes les situations, qui le fera ? La clarté diminue le risque d'erreur.

 

Etudier son terrain et planifier ses actions

Vous devrez étudier rigoureusement la zone géographique de votre activité que ce soit l’établissement d’un camp ou d’un trek afin de prévoir la logistique appropriée, le matériel, l’alimentation mais aussi l’entrainement physique nécessaire au succès de votre activité. Ces études éviteront des erreurs qui pourront entraver les objectifs fixés ou la sécurité de votre activité.

 

La planification consiste à prendre en compte, trier et ordonnancer  toutes les données environnementales du terrain sur lequel vous devez évoluer. Elles devront être le plus précises possibles et actualisées jusqu’au jour du départ.

 

Au cours de cette phase, il est nécessaire d’étudier le terrain et de situer avec exactitude, non seulement les zones correspondantes au but de l’activité mais aussi de circonscrire des zones de ravitaillements, anticiper les passages dangereux, les zones privées ou interdites. Cette analyse permettra également de mettre au point l’itinéraire et d’en faire ressortir le relief en général, l’ensoleillement des versants, l’altitude des crêtes principales et secondaires. Si votre itinéraire croise des zones humides (cours d’eau, rivières, torrent, lac), vous pourrez adapter vos besoins en matériel mais aussi repérer des points de ravitaillement en eau. Dans l’idéal et lorsque cela est possible, vous devrez toujours prévoir un itinéraire « bis » car les conditions météorologiques du jour détermineront la praticabilité du terrain.

 

La recherche des points de distribution de ressources vitales, vous permettront de repérer avec précision les zones de ravitaillement et de secours, les zones favorables aux haltes repas ou pauses, les zones de bivouac, abris, refuges gardés et non gardés, auberges, les points d’eau ou d’hygiènes. Pour répondre à cette étude, il est conseillé d’utiliser des applicatifs comme Google Earth, Wikiloc etc… D’autres moyens sont à votre disposition comme les cartes, les topos guides ou tout simplement des personnes connaissant le terrain.  

 

Toujours prévenir de votre départ 

Informez toujours  une personne du jour, de l’heure de votre départ et du retour ainsi que de votre itinéraire, ne partez jamais seul. Vous pouvez également prévenir la gendarmerie locale de votre présence en identifiant le nombre de personnes et le but de votre activité. Dans certains pays, privilégiez le consulat ou l’ambassade plutôt que les forces de l’ordre locales. Avant de partir, vérifiez que vous êtes assuré en responsabilité civile et accident pour l’activité choisie.

étude de terrain

Anticiper au mieux la météo

Les changements météorologiques sont rapides, ils modifient les conditions initiales de l’exécution de votre activité. Vous devez prendre connaissance des prévisions météorologiques et surtout apprécier les risques de dégradation du temps.

  

Vous disposez de différentes sources, bulletins nationaux ou régionaux, web, télévision, presse, office du tourisme. N’hésitez pas à faire demi-tour (problèmes physiques, évolution de la météo, retard ou doute sur l’itinéraire choisi). Relevez également les indications du type barométrie, températures, hydrométrie, anémométrie de la zone. Tout changement brutal de données indiquera certainement une évolution climatique dans les quatre heures. Des observations sur l’état du ciel, des nuages, du vent au sol, en altitude, le comportement animal vous aideront dans l’appréciation du climat. N’oubliez pas que les distances en montagne sont exprimées en durée donc si vous déterminez des étapes, faites le en durée. De la connaissance du terrain dépendra la pertinence de la liste du matériel individuel et collectif. Cette tâche est extrêmement importante et difficile car vous avez une contrainte du poids de votre sac à dos. Dans un groupe un individu doit se charger de coordonner et vérifier le matériel individuel et le collectif. Si vous avez les possibilités vous pouvez emporter un peu plus de matériel que nécessaire pour prévoir des conditions plus dures que celles attendues. Mais cet avantage ne sera possible que si vous partez d’un camp ou de votre voiture.

 

Nicolas MATHIEU, extrait du "Guide du voyageur autonome"

Articles associés


Se fixer des objectifs
Établir un itinéraire

Écrire commentaire

Commentaires : 0